DeFi : le lending

Le 1er novembre 2008, l’ensemble de la liste de diffusion « the cryptography mailing list » reçoit un message de la part d’un utilisateur pseudonyme : Satoshi NAKAMOTO. Ce dernier souhaite lancer un projet informatique open source afin de court-circuiter les banques avec une monnaie pair à pair. Son message est accompagné d’un objet : « Bitcoin P2P e-cash paper ». En 2022, 14 ans plus tard, ces propos prennent tout leur sens… 

La Defi, ou finance décentralisée, est un écosystème d’applications financières désintermédiées. On estime que la TVL actuelle (Total Value Locked) représente plus de $100B. 

En s’appuyant majoritairement sur le projet Ethereum, elle fait ses premiers pas avec les smart contracts. Cependant, le top départ de la course est donné par les DEX (échanges décentralisés) et les pools de liquidité qui permettent d’échanger des cryptomonnaies avec son wallet personnel, sans KYC ou intermédiaire (cf. CEX and DEX  pour en savoir plus). 

Aujourd’hui, nous allons beaucoup plus loin que le simple “échange”. Aujourd’hui, il est question de prêts. Un terme associé à la banque, mais il n’y a plus de banque… Il s’agit d’une véritable révolution dont nous allons vous expliquer les rouages.

DISCLAIMER : la prise de AAVE comme exemple dans les explications à suivre est purement subjective. Il existe plein d’autres protocoles.  

Partie 1

Présentation

Maker, Aave, ou encore Compound sont des plateformes de lending (prêts). A la manière des DEX, elles sont accessibles à tous, transparentes, et open source car la confiance est dans le code. Nous pourrions simplifier leur fonctionnement en disant que des utilisateurs déposent des cryptos, d’autres en empruntent, et que les règles sont gérées par des smart contracts, mais tâchons d’aller un peu plus loin…

Les plateformes de lending proposent chacune leur propre protocole. Autrement dit, elles proposent chacune un ensemble de règles qui permettent de réaliser des prêts à taux stable, des prêts à taux variables, des flash loans, etc. 

Partie 2

Le fonctionnement

La Plateforme :

Elle met à disposition les pools de liquidités. Pour chacune, un algorithme calcule les intérêts payés aux fournisseurs et les intérêts demandés aux emprunteurs. Pour simplifier, disons que le calcul suit la loi de l’offre et de la demande : moins les pools sont  liquides, plus les intérêts sont élevés et inversement (cf. “CEX and DEX” pour tout comprendre des pools de liquidités).

Les Fournisseurs :

Ils participent aux réseaux en déposant des actifs dans des pools. Cette action leur offre un token symbolique en ratio 1:1 (les aToken dans Aave, les cToken dans compound, …). Pour récupérer sa mise et ses intérêts, il suffit d’échanger les tokens reçus contre ceux déposés.

A noter : les intérêts perçus sont de même nature que le dépôt. Cependant, beaucoup de plateformes offrent des Bonus Token. Il s’agit de tokens utilitaires émis par la plateforme qui permettent de réduire les frais de services,  de participer à la gouvernance du protocole, etc. Si vous croyez en la plateforme où vous mettez vos fonds, ils prennent tout leur sens. 

Ex : je dépose 1 Eth sur Aave car les 5% d’APY (pourcentage annuel de rendement)  et les 1% Bonus Token m’intéressent. En réalité, j’échange 1 ETH contre 1 aETH. Après un certain temps, je souhaite récupérer mon dépôt et mes intérêts (ETH et Bonus Token : Aave Token). Je me connecte et échange mon aETH contre mon ETH et les intérêts gagnés.

Les Emprunteurs :

Dans un environnement sans confiance, les consensus ont résolu le problème des transferts (proof of work de bitcoin par exemple) mais c’est le collatéral qui résout celui des prêts. L’idée est toujours la même : plus vous êtes impliqué, plus vous avez à perdre, moins vous trichez…

Emprunter des cryptos revient à se servir dans les pools de liquidité à hauteur des fonds disponibles. Il est donc indispensable de s’assurer que les fonds soient rendus majorés des intérêts. Le collatéral agit comme une caution qui assure que vous allez rembourser votre dette et vos intérêts pour récupérer votre mise. Comparable à une hypothèque, on dépose une garantie toujours plus haute que notre emprunt, le pouvoir d’emprunt ou Loan-to-Value équivaut à 60-75% du collatéral suivant les plateformes.

A noter : Tous les emprunteurs sont des fournisseurs, mais les fournisseurs ne sont pas tous emprunteurs. Le collatéral est ajouté aux pools de liquidité et se retrouve avec les mêmes bonus que les fournisseurs (intérêts et Bonus Token). De plus, en réalisant un emprunt, on peut également être récompensé par des bonus tokens supplémentaires qui s’ajoutent à ce que votre dépôt vous rapporte. Certains scénarios ont même connu des pourcentages de Bonus Token plus élevés que le taux d’emprunts… Il n’y a que dans la crypto que l’on peut emprunter de manière rentable.

Pour les plus pointilleux, certains prêts ne demandent pas de collatéral comme “les flash loans” mais il rentre dans un cadre très spécifique : ils sont remboursés instantanément et ne présentent pas de risque de contrepartie. L’emprunteur contracte, utilise et rembourse en une seule transaction. Ils sont très prisés par les traders fans d’arbitrage et n’ont pas d’équivalent dans la finance traditionnelle.

Partie 3

Les principaux risques

Le protocole :

Un utilisateur qui dépose des fonds sur une plateforme doit s’assurer que le protocole est digne de confiance et mesurer le risque qu’il prend. La transparence est à double tranchant : le code est librement accessible. Toute faille suspecte peut alors être révélée pour empêcher un scam ou exploitée pour récupérer vos fonds.  La notion d’audit est alors très importante mais ce processus est long, coûteux et demande de hautes compétences techniques.

Ex : le protocole d’Aave date de 2017 et sa TVL est estimée à $12B. On peut donc conclure qu’il est plus digne de confiance qu’un protocole datant de 2 semaines avec une TVL beaucoup plus faible. Cependant, Aave peut se montrer moins rentable sur le court terme car le nouveau protocole propose des taux très attractifs pour attirer des liquidités. Votre choix se résume à un ratio entre la prise de risque et les gains potentiels…

La volatilité :

Lorsque votre collatéral et votre emprunt ne sont pas de même nature, vous vous exposez à la volatilité de vos actifs et votre zone d’endettement peut être impactée. Lorsque vous dépassez le % autorisé,  vous payez 5-10% de pénalité de liquidation et votre collatéral est progressivement vendu par sécurité. Une erreur qui peut vite coûter cher…

Ex : je dépose $10k d’ETH, et je peux emprunter jusqu’à $6k. Cependant, si le cours de l’ETH baisse, la valorisation de mon dépôt et ma capacité d’emprunt baissent aussi. Si j’ai emprunté $6k, je dépasse ma capacité d’emprunt, paie la pénalité de liquidation et vois mon collatéral se faire vendre par sécurité pour les fournisseurs.

ATTENTION : même les stables coins peuvent vivre des flash crack et ne sont pas totalement épargnés par les risques de volatilité.

Les montages :

Il est possible de créer une boucle de collatéralisation. Autrement dit, déposer un collatéral, emprunter une crypto, redéposer ce qu’on a emprunté en collatéral pour refaire un emprunt, etc. L’objectif est de cumuler les intérêts mais cela revient également à cumuler les risques de volatilité et de technique car plusieurs plateformes peuvent être dans la boucle.

En 2020, les cryptos vivent le Defi Summer, les plateformes de prêts et d’emprunts deviennent le nouvel eldorado des traders en herbe en proposant des montages financiers extrêmement rentables mais aussi extrêmement risqués pour les non initiés… Certains y ont laissé quelques plumes alors il ne faut pas hésiter à sortir une feuille excel et faire preuve d’une hygiène mathématique irréprochable.

Les sources :
  • https://defipulse.com/
  • https://defirate.com/derivatives/
  • https://github.com/aave/aave-protocol
  • https://actualiteinformatique.fr/cryptomonnaie/definition-cryptomonnaie-compoundhttps://coinacademy.fr/category/defi/
  • https://cryptoast.fr/defi-finance-decentralisee/
  • https://actufinance.fr/crypto-monnaie/aave/
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires récents

    Table of Contents

    Categories

    If you would like to receive the Talium Assets Newsletter, please submit your e-mail address:

    [sibwp_form id=1]
    Where to find us:

    Head office

    56 av Jean Jaurès, 92290
    Châtenay-Malabry, France

    R & D office

    5a quai Finkmatt, 67000
    Strasbourg, France

    Our Solutions:

    Latests Article: